Tatouage et energie

Un tatouage peut avoir des effets inattendus. On pourrait croire les tatouages aussi anodins que les bijoux ou les vêtements... il n'en est rien. Un tatouage n'est pas qu'un dessin à l'encre sous la peau: il véhicule de l'information et est donc porteur d'une énergie. Or, cette énergie cherche à atteindre son but, quel qu'il soit. Et la mode si florissante du tatouage ne change rien à ce fait.

Les tatouages sont à la mode

Pendant longtemps cantonnés aux soldats, aux prisonniers et aux marins – en Europe tout au moins – les tatouages se sont largement démocratisés jusqu'à devenir ces dernières années un phénomène de mode. Quelle peut être l'influence d'un tatouage sur l'organisme et plus particulièrement – puisque je suis kinesiologue – sur les réseaux d'énergie qui traversent et soutiennent le corps ? Cette question, les postulants au tatouage se la posent rarement, s'intéressant davantage au côté esthétique de la chose. J'espère vous donner quelques éléments de réponse à travers l'aventure humaine de Karim, que j'ai eu en séance de kinesiologie (Karim est un pseudonyme).

 

Karim est un sportif professionnel de niveau national dans un sport d'équipe. Ce milieu exclusivement masculin est porteur d'une culture sportive très ''virile'', très démonstrative aussi. La force physique, l'énergie virile, un certain machisme sont des ''valeurs'' reconnues, que l'on revendique et que l'on montre. Karim, qui vient me voir pour un problème de performances sportives, sait que je suis en dehors de son cercle sportif. Il lui est plus facile de confier cette faiblesse afin d'en trouver le remède.

 

Un tatouage, c'est une histoire qui palpite sur la peau

Je l'interroge sur l'origine supposée de sa baisse de performance. Il me parle du haut de sa jambe qui lui semble comme ralentie, et suite à cette curieuse remarque dévoile sa jambe. Je découvre un ensemble de tatouage sans signification pour moi, mais qui couvrent une surface importante de la cuisse. Je l'interroge et il m'explique qu'il s'agit surtout de symboles Maori, accompagnés d'autres tatouages issus de sa culture nord-africaine tribale. Les Maoris sont le peuple qui préexistait à l'arrivée des européens en Nouvelle-Zélande. Le fameux Haka des rugbymen néo-zélandais est d'ailleurs une ancienne pantomine guerrière Maori.

Je constatais que ces tatouages Maori étaient porteur d'une énergie de combat. Quant aux tatouages tribaux, je sentais qu'il s'agissait de symboles de renforcement, de virilité. Ce qui posait problème au premier abord, c'est que ces tatouage destinés à exalter la puissance et la combativité enfermaient leur porteur dans une énergie rigide. Il ne s'agissait pas d'une énergie flexible et fluide comme pourrait l'être, par exemple, celle véhiculée par un pratiquant de Tai Chi. Ces énergies prenaient une telle place en Karim qu'elles stérilisaient sa nature profonde – une nature plus douce que les apparences pouvaient le montrer. Karim ressemblait d'emblée à un guerrier prisonnier de son armure, dont les tatouages faisaient partie. D'une façon ou d'une autre, c'est cette énergie rigide qui le ralentissait physiquement, comme il l'avait très bien perçu.

 

T'as ton tattoo... ?

Tous les tatouages sont-ils ainsi porteurs d'énergie ? Certaines personnes sont-elles ''immunisées'' ? Je n'ai vu que quelques cas, il est donc difficile d'être catégorique. Tout d'abord, les tatouage véhiculent l'énergie et l'intention du porteur qui en a choisi le graphisme. C'est loin d'être anodin. Même quand le but est purement esthétique, le dessin peut être relié à toute une signification collective qui liera énergétiquement le dessin à son sens, même si la personne l'ignore.

Karim avait eu besoin d'exalter son côté guerrier et pour cela il avait choisi ces tatouage. Mais aujourd'hui ce côté ancré, dense, le ralentissait. Il devait passer à autre chose.

Karim m'expliqua qu'il avait dans l'idée de s'entrainer encore pour ''éliminer le gras'' – je voyais bien qu'il était sec comme un manche de pioche – plutôt que de partir en vacances avec son épouse. Karim est issu de l'immigration. Dans sa cité d'origine, il était « le petit Karim » et ça n'était pas simple. C'est cette part de lui-même qu'il s'efforçait de durcir encore, pour se protéger.

Je lui expliquais qu'il agissait comme pour renforcer son énergie Yin. Mais le Yin ne se renforce pas ! En physiologie énergétique chinoise, le Yin est le principe féminin, la douceur étant un principe Yin et la force un principe Yang, sa contrepartie masculine. Un Yin ''renforcé'' ne se transforme pas en Yang. En réalité Karim évacuait ou subjuguait le Yin en lui, lequel était écarté ou méprisé. C'est en prenant conscience de ce processus qu'il apprit à porter un regard plus aimant envers cette part de lui-même. Je lui expliquais également qu'on avait besoin du Yin, qu'il était nécessaire à l'équilibre de la personne.

 

Comment choisir son tatouage ?

J'ai annulé l'influence de ses tatouages en les ramenant au point zéro, ce qui a permis de les désactiver. Cela n'a pas résolu toute la problématique intérieure et humaine de Karim (dont il n'est pas question ici). Toutefois, cela a été le début d'une prise de conscience, il a commencé confusément à envisager sa relation aux autres différemment.

Cette prise de conscience, Karim l'a eu alors qu'il était en fin de carrière, et c'était sa chance. Il utilisa sa notoriété pour s'ouvrir les portes nécessaires à une reconversion. Il est à présent kiné du sport. Changeant de milieu, il a appris à observer son cœur, processus nécessairement laborieux pour quelqu'un qui a toujours axé le progrès sur la performance sportive, et non sur le cœur sensible dont il ignorait l'existence.

Quel Karim kinésithérapeute était le plus utile pour ses patients ? Le guerrier, tout en Yang et en dureté, ou le Karim équilibré, même en construction, doté d'une énergie fluide, harmonieuse? Kinésithérapie, massage, chiropractie : toute pratique de soin a ses qualités et ses limites. Mais l'énergie que le praticien utilise, le patient la ressentira comme un bénéfice réel... ou comme une simple technique sans valeur ajoutée.

 

Cette dernière remarque est valable aussi pour le tatouage. Dans le cas de Karim, ses tatouages l'impactaient négativement, mais nous avons pu les neutraliser. Cependant un tatouage n'est pas forcément négatif, il peut venir renforcer l'équilibre d'une personne s'il est bien conçu. Vu sous cet angle, porter un tatouage peut être participant d'une démarche, et il peut alors être utile. Dans le cas contraire, notamment si le tatouage répond aux besoins de la mode, il risque de poser problème à son porteur.

 

Réponse: quatre fois. C'était eczéma, avec un accent!

5 Commentaires

  • Aude

    Lien vers le commentaire jeudi 30 avril 2015 11:32

    Bonjour,
    Je porte plusieurs tatouages. Le choix des dessins et les endroits où ils sont positionnés n'ont pas été réalisés à la légère. Je me suis renseignée avant sur les symboliques afin de les intégrer. Pour certains, j'ai attendu plus de 2 ans afin qu'ils se mettent en place sur d'autres plans avant de les réaliser dans le plan physique.
    Je l'ai fait consciemment et j'ai ressenti qu'ils me pénétraient au-delà : une initiation...
    Alors oui, je rejoins vos propos un tatouage est loin d'être anodin !!
    Il serait judicieux que je rencontre un kinésiologue pour qu'il m'offre son point de vue et ainsi savoir si mes ressentis sont justes !!
    Et que dire des piercing sur le plan énergétique...

  • Lara

    Lien vers le commentaire samedi 2 mai 2015 18:38

    Bonjour, et merci pour votre commentaire.
    Excusez-moi pour mon retard à vous répondre. Je suis en stage et je manque de temps pour l'instant. Je vous répondrai à mon retour d'ici quelques jours.

  • lara

    Lien vers le commentaire mardi 5 mai 2015 14:55

    Merci de témoigner de votre expérience sur le tatouage, il met clairement en avant qu'un tatouage bien choisi, fait en conscience, peut nous aider à maintenir une qualité ou un chemin dans notre vie.
    Pour les piercing et les écarteurs, j'ai eu plusieurs fois en séance des femmes qui en avaient sur le nombril. Je n'ai pas vraiment remarqué de "dérèglement" énergétique dans cette partie du corps, je n'ai pas senti non plus que cela améliorait quelque chose, ces personnes portaient les piercing comme des bijoux. Je pense à certains peuples qui dans leur traditions posent des piercings, on sent que chez eux cela a un sens profond dépassant le simple bijou, et donc ils sont aussi actifs que l'un de vos tatouages. Ce que je constate, pour les tatouages comme pour les piercing, c'est que s'ils sont nourris par une pensée ou une vision, ils sont porteurs du sens énergétique, du "pouvoir" qu'on leur donne. Sinon pour les piercing, il est prudent de les montrer ou d'en parler à un bon acupuncteur, car suivant leur localisation certains piercing peuvent jouer le rôle d'aiguille permanente sur le trajet d'un méridien.

    Au plaisir de vous lire

  • Aude

    Lien vers le commentaire vendredi 15 mai 2015 21:04

    Bonsoir Lara
    Mes discussions avec des acupuncteurs au sujet des piercing sont en relation avec votre point de vue.
    Je ne porte que des boucles d'oreille mais j'ai pu constater également des résonances ou des rejets en fonction de la boucle d'oreille et du choix de la représentation.
    Oui à nouveau je suis en accord avec vous avec le fait de nourrir d'une pensée ,d'une vision ce qui apporte un "pouvoir".
    Le choix du tatoueur ou du perceur est également très important.
    Se fier à ses instincts et à ses intuitions.

    Merci pour vos différents textes, j'en ai lu plusieurs. Et ils sont venus à moi au juste moment afin de remettre sur mon chemin certains points.

    Bien à vous

  • Lara

    Lien vers le commentaire mardi 19 mai 2015 05:00

    Avec plaisir Aude.
    A une prochaine fois

Laissez un commentaire

Retour en haut

Suivez-moi sur