Le Syndrome de Fatigue Chronique

Que faut-il penser d'une fatigue qui s'installe en profondeur, et que rien ne semble vaincre, semaine après semaine ? Comment savoir s'il s'agit bien du Syndrome de Fatigue Chronique? Notre vitalité est affectée par l'alimentation, la pollution, le rythme de la vie moderne. Notre biologie assume la fatigue avec plus ou moins de bonheur, mais il faut faire la différence entre un ''coup de pompe'' passager et un vide profond et anormal de notre énergie.

Qu'est-ce que le Syndrome de Fatigue Chronique ?

Cette pathologie rejoint ces maladies qui affectent un nombre important de gens, mais pour lesquelles il n'y a pas de remède connu. On estime que le Syndrome de Fatigue Chronique, que l'on dénomme également encéphalopathie myalgique, touche une personne sur deux-cents dans les pays avancés. Pour l'Allemagne, cela représente quatre-cent-mille personnes, cinquante-mille pour la Belgique, trois-cent-mille pour la France!

Comment reconnaître le Syndrome de Fatigue Chronique ? On le détermine comme un état de fatigue continu ou répétitif, qui perdure même après le repos. Cette fatigue amoindrit la force physique (faiblesse des muscles) et les capacités cognitives (difficulté à mémoriser, à réfléchir...).

Que vient faire cet état des lieux du Syndrome de Fatigue Chronique dans un blog consacré à la kinesiologie, me direz-vous ? J'en étais moi-même restée là, jusqu'à ce que je consulte la liste des symptômes qui sont associés au Syndrome de Fatigue Chronique. On considère que si quatre d'entre eux accompagnent la fatigue chronique, le Syndrome de Fatigue Chronique est caractérisé :

pharyngite

douleurs musculaires ou articulaires

sommeil non réparateur

migraines

mémoire ou concentration altérée

malaise après effort

ganglions

Kinésiologie et Syndrome de Fatigue Chronique

Intéressons-nous maintenant au cas de deux clients, Norbert et Françoise, qui se sont adressés à moi pour des séances de kinesiologie. Ce sont des pseudonymes, mais il s'agit de cas réels.

Norbert vient me voir pour des accès de fatigue cycliques, qui ont commencés alors qu'il était enfant. C'est un homme entre 30 et 40 ans, en bonne condition physique au demeurant. Norbert s'efforce de limiter son problème en modulant son activité, mais cela ne lui évite pas une profonde fatigue sur le coup de 18h00. En outre, Norbert a des douleurs cycliques au dos : en bas où se trouve une petite malformation sans gravité d'une vertèbre, et aussi dans les muscles du milieu du dos.

Les séances commencent généralement par un rééquilibrage. Chez Norbert, celui-ci montre que les reins sont ''vides'', il n'y a plus d'énergie ou bien celle-ci circule mal. D'autres tests montrent que les reins ont subis un traumatisme, très certainement un germe pathogène, à l'âge de vingt-trois ans. L'âge est déterminé en kinesiologie, mais Norbert confirme que c'est à ce moment que ses cheveux sont tombés (en acupuncture, la force des reins est liée à celle de la chevelure).

En utilisant la Kinesiologie Essentielle, nous découvrons que la nature profonde de Norbert est dans l'ouverture à l'autre, dans l'enthousiasme. Toutefois, cette configuration a été contrariée par le monde dur, méfiant, décevant que Norbert a rencontré. D'autres auraient passé le cap, mais Norbert non. Pour se protéger, il développe alors une personnalité en fermeture, une rigidité de caractère. Ces aspects fermés viennent se plaquer sur son Essence (sa nature primordiale) qui passe au second plan.

Si l'énergie circule, l'équilibre se fait

Cette fermeture est contre-nature pour Norbert, et l'effort qu'il doit fournir pour masquer sa nature primordiale lui coûte énormément d'énergie. Cette énergie rendue indisponible, la circulation de celle-ci est perturbée, et provoque une carence dans les reins. A partir de là, le problème devient sensible au niveau physique. Comme la force vitale est absente (celle-ci siège habituellement dans le ventre, sous le nombril), des douleurs apparaissent au niveau du sacrum. Un bassin plein de vie et d'énergie sert normalement de socle au dos. Mais ici, le bassin est vide : ce sont les muscles du dos qui s'efforcent de compenser la mauvaise tenue du dos. A la fin, ces muscles eux-mêmes s'épuisent et deviennent douloureux.

En structurant sa personnalité en contradiction avec son Essence, Norbert a créé un vide en lui. Ce vide s'est propagé à travers les parties les plus faibles : vertèbre, puis rein. Comme les cours d'eau, les maladies suivent la voie de moindre résistance.

C'est en traitant les reins en Kinésiologie Essentielle que la fatigue chronique de Norbert a été vaincue. Les protocoles employés ont permis à Norbert de se rebrancher sur son Essence, en libérant une part de l'énergie ''piégée''. Cette énergie remise en circulation a bénéficié à tout l'organisme, et notamment au rein. Même si les points faibles de Norbert au niveau des parties lombaires sont toujours présent, ceux-ci ne sont plus mis à l'épreuve par un manque énergétique, et les douleurs au dos ont totalement disparu.

Se respecter, c'est être fidèle à son Essence

Si Norbert n'avait pas eu de faiblesse aux reins, la construction d'une personnalité rigide aurait agi d'une autre manière sur le corps. Mais si la force vitale est diminuée, la fatigue est une conséquence directe, un Syndrome de Fatigue Chronique peut se manifester.

Dans le cas de Françoise, les symptômes qui accompagnent la fatigue sont très différents. Françoise a souhaité être traitée pour des troubles du sommeil, et pour une fatigue chronique. En fait, d'autres maux la tourmentent : elle souffre régulièrement d'angoisses, mais aussi de pharyngite, de bronchites et de maux de tête.

Pendant la séance, les protocoles appliqués montrent que Françoise, qui est âgée de quarante ans, a lié avec son entourage des relations de convenance. Elle s'est efforcée de plaire aux autres, sans vraiment tenir compte de ses goûts et de sa personnalité. En ne se respectant pas, elle a étouffé sa nature essentielle. Cet exposé est un raccourci, en réalité tout cela a pris des années. Cette attitude était devenue en grande partie inconsciente.

Syndrome de Fatigue Chronique et... équitation ??

La solution a consisté à ''révéler'' à Françoise sa nature essentielle, à lui faire prendre conscience (à nouveau) de ce qui avait toujours fait partie d'elle, mais qui était enfoui. Elle devait renouer avec son Essence, et pour cela je trouvais le cheval ! En effet, aussi curieux que cela puisse paraître, avoir un cheval et en prendre soin était pour elle un rêve d'enfant, un désir essentiel... Je me servis donc du cheval pour éveiller l'attention de Françoise à sa propre Essence, à travers un projet d'équitation.

En se disant « Je peux encore le faire, ce n'est pas trop tard ! » Françoise a pris conscience de son Essence profonde et de son potentiel. Cette prise de conscience, le choix ultime de Françoise de ''fréquenter'' son Essence, a débloqué suffisamment d'énergie pour solutionner tous les symptômes.

Françoise fait toujours du cheval. Elle continue à effectuer un travail sur elle, quoiqu'elle aille bien. Dans sa vie de tous les jours, elle devine que si elle s'est fatiguée, c'est qu'elle a renoncé à une part d'elle-même... donc elle choisit une autre voie.

La kinésiologie face à l'avenir

Des investigations assez poussées ont été menées pour déterminer les causes du Syndrome de Fatigue Chronique. Virus, problème immunitaire, problème neurologique même, tout cela a été évoqué. N'étant pas médecin, je me garderai bien de donner mon avis là-dessus, à chacun son domaine.

Françoise et Norbert souffraient-ils de Syndrome de Fatigue Chronique ? C'est possible. Si je dois donner un avis de kinésiologue, pour moi la fatigue était la conséquence d'une rupture entre la personnalité et l'Essence profonde, cette fracture affectant tout l'organisme en passant par ses éléments les plus faibles. Or la kinesiologie a très bien marché pour Françoise et Norbert.

On peut s'étonner que la kinesiologie soit si peu mise à contribution pour les études et les soins conduits par le monde médical en France, bien qu'elle ait beaucoup à offrir. Du reste, cette bouderie n'est pas spécifique à la kinesiologie, c'est la même chose pour l'acupuncture, la naturopathie...

Cela n'est pas un cas général. Au Canada par exemple, la kinesiologie s'enseigne à l'université, et les kinésiologues travaillent dans le monde sportif, dans le milieu médical ou social. Parler de la place et de l'usage de la kinesiologie dans le monde dépasse le cadre de cet article. Mais il est possible de se reporter aux textes présentés par Wikipédia aux entrées kinesiologie et kinesiologie appliquée, qui sont très bien.

En France, il faut parier que les barrières culturelles cèderont un jour sous la pression du public, de plus en plus intéressé par des méthodes thérapeutiques non-intrusives, et une démarche valorisant la personne comme un tout sensible.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Suivez-moi sur